Le « greenwashing » a de l’avenir

Le label Vert est un véritable fourre-tout, l’occasion étant trop belle de se refaire une beauté. Mais il faut y mettre un peu d’ordre afin qu’il ne perde pas sa crédibilité et puisse encore servir. La Commission européenne s’y attelle, après avoir chargé Frans Timmermans, son numéro 2, de mettre en œuvre la transition écologique à la tête d’une équipe de pas moins 5 commissaires.

Après avoir lancé au printemps 2018 un « Plan d’action pour la finance durable », la Commission européenne a donc entamé la définition d’une taxonomie harmonisée des activités « écologiquement durables ». L’emprunt du mot à la biologie impressionne ! Un groupe de 35 experts issus de la société civile, du milieu académique ainsi que du monde des affaires et de la finance, a publié des propositions de classification. Le temps est maintenant venu de trancher.

En fait d’harmonisation, celle des positions du Parlement de Strasbourg, du Conseil européen qui regroupe les chefs d’État et de gouvernement et de la Commission s’impose. Paris ne veut pas que l’énergie nucléaire soit exclue de la liste et Berlin défend le gaz. Chacun a sa transition énergétique. On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, de l’urgence trouvée à différer à 2022 l’application des décisions, une fois celles-ci adoptées, ni de l’intensif lobbying des représentants des énergies fossiles et nucléaire qui ne veulent pas que leur secteur soit traité comme un pestiféré.

Hier, résultat des courses sans surprise au final des négociations : selon une dépêche d’agence citant un responsable du Parlement européen, les investissements dans le gaz et le nucléaire ne sont pas « formellement exclues » pour obtenir le label Vert….

La rigueur n’est pas au rendez-vous. La Commission serait aussi bien inspirée de faire le ménage chez elle en procédant à une refonte de la politique agricole commune (PAC) qui favorise l’agriculture industrielle et contribue ainsi à la forte émission des gaz à effet de serre. Or l’objectif de réduction de son total a été fixé par Frans Timmermans, à échéance de 2030. Et, pour mémoire, les aides sans conditionnalités de la PAC représentent 80% de son enveloppe financière. Sa réforme en cours d’élaboration est déconnectée du « Green deal », comme s’il n’y avait pas de rapport…

Promouvoir des fonds en mal de financement et tailler des labels flous ne répond pas à l’urgence reconnue. La BCE devrait bien se mettre de la partie pour le volet financier, mais les financements privés seront déterminants au vu des enveloppes annoncées ainsi qu’en raison de la diète forcée des États. Comme ils seront mobilisés au gré des préférences des investisseurs, il faut s’attendre à ce que le « greenwashing » ait toujours de beaux jours devant lui.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

Une réflexion sur « Le « greenwashing » a de l’avenir »

  1. C’est tout frais tout chaud…
    Un vrai spécialiste (imbuvable pour certains) se demande ce qu’ il faut faire face au réchauffement actuel…
    https://www.youtube.com/watch?v=RIlh1MT9WsQ
    DEUX heures très intéressantes…qu’on peut découper comme suit….mais ce serait un crime de ne pas tout écouter.. -;)

    0:46, est-ce que le système démocratique peut limiter le réchauffement climatique sous 1,5 voir 2 °C ?
    7:30, différence fait et opinion
    15:10, quid de l’éolien, du solaire ? (pour la convention citoyenne)
    15:40, extinction rébellion, est-ce que ça peut gagner assez de poids politique ?
    17:10, échelon local, que peut-on faire à l’échelon du territoire ?
    19:00, décroissance, quelles sont les activités salariées (ou pas) qui pourraient permettre au plus grand nombre de subsister ?
    36:01, collapsologie, est-ce qu’un effondrement brutal est probable ?
    39:36, est-ce qu’on a une idée du niveau de vie par habitant maximum qu’un monde renouvelable peut supporter pour 7 milliards d’individu ?
    41:20, prix du pétrole, comment se fait-il qu’il y ait une pénurie de pétrole puisque le prix n’augmente pas (et qu’il y en a toujours à la pompe) ?
    55:31, essence charbon ?
    55:45, dans une société low-tech, quelle place pour l’armée ?
    57:50, nucléaire, ressource en uranium ? (Puis 4eme generation et « ASTRID » à une dizaine de pays U€ dant la France prendrait la tête)
    1:17:07, risque du nucléaire dans un monde qui s’effondre
    1:21:50, l’ouverture de la sncf à la concurrence ?
    1:28:14, les programmes scolaires ?
    1:36:40, accepteriez-vous de venir faire une conférence tout public dans une petite ville de province ?
    1:39:15, action personnelle, et action dans les PME ?
    1:45:30, faut-il faire la taxe carbone ? et pour qui
    ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.